Translate this page.

01 juillet 2015

11 juin 2015

Tir Brenou 3 armes 2015.

Pour la deuxième fois consécutive, le club de tir Brenou organisait un concours de tir 3 armes.

Le but est de faire reconnaître à terme cette discipline par la FFTir, le responsable de la ligue était présent pour la seconde fois.

On peut le voir sur les différentes vidéos présentes sur le net, les ateliers sont de très grande qualités, les organisateur ont fait preuve d'une grande ingéniosité et la somme du travail qu'ils ont dû accomplir est juste impressionnante.

Pourtant, plusieurs habitués de ce club sont chagrinés.

En effet, les 2 éditions du fun tir "3 armes" n'accueillent que 15 tireurs, les places sont donc chères, très chères même. Lorsque les inscriptions ont été ouvertes sur internet toutes les places étaient prise au bout de 5 minutes, plus fort qu'un concert des stones !
Quant au fun tir classique à l'arme de poing, il avait lieu le même jour et seules 25 places étaient disponibles, ces chiffres sont à comparer avec les 70 à 90 tireurs que j'ai pu voir lors des manifestations précédentes.

En clair cela signifie que la majorité des habitués qui font le déplacement chaque année ont été laissé "sur le carreau" depuis 2 ans maintenant.
C'est regrettable, tous apprécient la gentillesse des membres du club de tir brenou , la qualité de l'accueil, la bonne ambiance et les ateliers toujours très bien concçus, ainsi que le  fameux sanglier rôti du déjeuner toujours très convivial.

Il y aurait peut-être quelques améliorations à apporter pour que tous puissent profiter de ces grands moments, par exemple de ne pas organiser le fun tir classique et le fun tir 3 armes le même jour afin de ne pas saturer les capacités d'accueil du club.

Quant au 3 armes en lui même il se veut une vitrine de la discipline en France afin de la faire reconnaître par la fédération, c'est une excellente idée, très bénéfique à notre sport. Pourtant je ne peux m'enlever de l'idée qu'une version "light" serait une meilleure façon de faire connaître cette nouvelle discipline, à savoir des ateliers plus courts, qui ne requièrent pas à chaque fois l'utilisation des 3 armes, et moins de mécanismes qui nécessitent d'être réarmés à chaque fois comme les propulseurs de plateaux de ball trap.

Nous aurions ainsi droit à un fun tir 3 armes certes moins "rock 'n roll" mais qui permettrait d'avoir plus que 15 tireurs par an pour la France qui puissent en profiter.

N'hésitez pas à poster un commentaire pour me donner votre opinion.


En attendant voici une vidéo "officielle" du "3 armes 2015", elle donne une idée précise de la qualité des ateliers et de la bonne ambiance qui règne dans ce club.

A bientôt sur les pas de tir.

Manfred.










19 mai 2015

Guerre en Syrie, armes de la seconde guerre mondiale.




En temps de guerre on fait feu de tout bois, la preuve en images avec toutes ces armes de la seconde guerre mondiale utilisés en Syrie par les intégristes musulmans.

A 1.33 minute on peut voir plusieurs mas 36, quand on pense que la plupart ont été détruits dans nos arsenaux plutôt que d'être revendus aux tireurs sportifs de l'hexagone , leur utilisation aurait été bien plus pacifiques.

A 3.50 minute on peut voir de nombreux STG44 qui semblent en parfait état , des pièces d'histoire aussi rares auraient mérité une retraite bien calme lors de manifestations sportives dans une ambiance bon enfant.

On peut également voir des fusil antichar russes de la seconde guerre mondiale , équipés de lunettes modernes et utilisés comme fusil de sniping , une sorte d'Hécate du pauvre.






22 avril 2015

ISSA shooting à la TV allemande.



Browning GP 35 "Capitan" ou presque.



C'est une pièce d'exception que je vais vous présenter succinctement.



Il s'agît d'un browning GP35 à hausse tangentielle accompagné de sa crosse et de son étui. Nous avons l'habitude d'appeler ces pistolets "capitan" mais dans ce cas ce ne serait pas exact.
En effet, cette apellation est apparue au catalogue browing dans les années 60, or le modèle que vous voyez a été fabriqué en 1935, à l'époque il n'avait pas de dénomination particulière.

Il est à l'état de neuf, absolument magnifique, mon ami l'acquis auprès d'un propriétaire qui n'osait pas tirer au vu de son état et de rareté.

Lors de ce premier essai au stand il s'agissait en quelque sorte d'une résurrection pour cette pièce d'histoire.
Pour notre part nous pensons qu'une arme qui ne tire pas est une arme inutile, comme si elle était déjà neutralisée.

Nous avons commencé les tirs de manière classique, sans la crosse. Les organes de visée ne sont pas mauvais, surtout pour une arme de guerre et la visée est relativement aisée.
La détente, le gros défaut des GP35 est moins mauvaise que nous l'aurions cru, bien qu'assez dur elle est nette et nous avons réussi à éviter les coups de doigt. En fait elle est plus douce et régulière que sur le GP35 'practical" pourtant bien plus réçent c'est un comble.





J'étais très impatient d'essayer la crosse amovible, je suis un grand fan des pistolets type P08 artillerie,  mauser C96 ou encore le stechkin Russe, l'idée de vouloir concilier arme de poing et arme longue sur une même base est certes curieuse mais pleine de charme.
Je me suis remémoré un vieil article dans la revue Guns and Ammos dans lequel l'auteur essayait un Mauser C96 et son étui crosse, il n'avait pas noté de grosses différences en cible.

Nous concernant il n'en a pas été de même, en effet nous avons réussi à garder les impacts dans le visuel à 25m à l'aide de l'étui crosse, ce qui n'a pas été le cas à bras franc. Il est possible que l'auteur américain soit un bien meilleur tireur que nous et qu'il n'ait pas noté de différence notable pour cette raison.

La crosse étant très courte, la position de tir semble assez peu naturelle, nous avons eu l'impression de nous recroqueviller sur l'ensemble pour pouvoir prendre la visée, pourtant la position m'a semblé assez confortable. Le plus difficile a été de garder les organes de visée claires car il sont vraiment très proches des yeux, j'avais un peu l'impression d'être un presbyte essayant de lire le journal sans lunettes.

Mon collègue quant à lui a eu beaucoup de difficulté à adopter la bonne position et devait énormément pencher la tête, comme il est plus petit que moi je pensais que c'est l'inverse qui se produirait.


En tout cas ce fût un grand moment de plaisir de faire revivre cette arme si rare et si belle, il me vient à l'idée que participer à un fun tir en hors catégorie avec le GP équipé de sa crosse serait franchement jouissif et nous donnerait la frite, une fois !